Technologie

  • Qu’est-ce que la Bio-Impédancemétrie multifréquence ?

    Elle est l’aboutissement d’études sur l’électricité et le corps humain ayant débuté au XVIIIème siècle par Galvani jusqu’aux frères Cole dans les années 1940 puis par les études de Thomasset dans les années 60.

    Par la suite nombre de scientifiques ont développé des équations de prédiction sur la base de la monofréquence Lukaski HC dès les années 80, puis dans les années 90 avec l’introduction de la multifréquence permettant de différencier l’eau extra et l’eau intracellulaire, parmi lesquels on peut citer Paul Deurenberg et al.

    La technique non invasive consiste à mesurer à l’aide d’un courant, de très faible intensité (400 à 800 µA) et à diverses fréquences, l’impédance du corps humain.

  • Représentation graphique de la dérivation de l’angle de Phase de Cole et Cole

    Représentation schématique électrique du corps humain

Principes de fonctionnement

La mesure de l’impédance à une fréquence donnée va permettre d’évaluer la quantité de fluide (eau) que le courant a pu traverser. Elle permet d’obtenir les valeurs des différentes compartiments corporels d’un individu, par l’application d’équations de prédiction, pour les principaux constituants qui sont le masse hors graisse, l’eau, la masse grasse. La Multifréquence permet de dissocier l’eau intra et extra cellulaie et ainsi de déterminer la masse cellulaire active.

Les tissus nobles (protéines) ont une réaction bio-dynamique de défense au passage du courant. Cette réaction est très importante aux fréquences les plus basses et devient négligeable aux fréquences élevées.

La membrane des cellules est très résistive et se comporte comme un diélectrique séparant de petits conducteurs constitués par les fluides internes des cellules.

On aura donc un terme réactif plus ou moins important en fonction de la fréquence de la mesure d’où la notion de bio-impédance.
Les fluides (sang, lymphe, eau intracellulaire, urine) se comportent comme des électrolytes.
Les graisses se comportent sensiblement comme des isolants.

La mesure de l’impédance à une fréquence donnée va permettre d’évaluer la quantité de fluides (eau) que le courant a pu traverser.

Elle permet d’obtenir les valeurs des différents compartiments corporels d’un individu, par l’application d’équations de prédiction, pour les principaux constituants qui sont la masse hors graisse, l’eau, la masse grasse. La Multifréquence permet de dissocier l’eau intra et extra cellulaire et ainsi de déterminer la masse cellulaire active.

Les compartiments corporels

La masse corporelle hors graisse ou Fat Free Mas (FFM) est composée principalement de :

  • Eau Totale ou Total Body Water (TBW)

Eau intracellulaire ou IntraCellular Water (ICW

Eau Extracellulaire ou ExtraCellular Water (ICW)

  • Masse cellualire active ou Body Cellular Mass (BCM)

Masse hors graisse (FFM) – (Fluide extracellualaire (ECF)+Solides extracellulaires (ECS))

Masse grasse ou Fat Mass (Fm)

  • Masse grasse sèche
  • La validité des résultats BiodyXpertZM

    La précision des mesures et des résultats sont fonctions du patient, de la qualité du dispositif, du respect des conditions de mesure et de la validité des équations utilisées.

    Afin de vérifier les valeurs délivrées par un appareil de Bio-Impédancemétrie, plusieurs techniques peuvent-être utilisées.

    La DEXA® : Dual Energy X-Ray Absorptiometry qui est utilisée en milieu clinique pour évaluer le contenu minéral osseux et la densité osseuse, la masse grasse, et la masse maigre, est devenue une technique de référence.

    Les résultats obtenus avec Aminostats BioZM et Biody XPERTZM ont été évalués versus DEXA.

  • La Prise de Mesure brevetée

    Le BIODY XPERT ZM et le BIODY COACH ZM permettent d’effectuer les mesures.

    Le patient doit positionner l’appareil sur le pied, en dessous de l’os de la maléolle, et les doigts de la mains doit être positionnés sur les électrodes à l’arrière et le pouce sur le bouton de prise de mesure.

    Pour chaque mesure, le patient enregistre les résultats obtenus sur une plage de fréquences allant de 5 à 200 kHz, ainsi que la résistance, la réactance et l’angle de phase à 50kHz.

    Les résultats sont ensuite directement transférés via la connexion Bluetooth.

    Le logiciel propose l’interprétation automatique des données.

    Les données et les résultats peuvent êtres imprimés, comparés et archivés.

    Le caractère évolutif de l’appareil et des technologies AMINOGRAM permet d’intégrer au travers de mises à jour les protocoles issus de la recherche au fil de leur publication et de leur validation par les centres d’évaluation, permettant ainsi de nouvelles applications dans le domaine médical.